Soutenance de thèse de doctorat : Anaïs Dupuy-Olivier

BNF

Bibliotheque paris / BNF 23 Vues comments

Le jeudi 21 novembre, Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au service des Manuscrits modernes et contemporains de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat Arts (Histoire, Théorie, Pratique) intitulée Le parcours d’un scénographe de théâtre dans la seconde moitié du XXème siècle : Jacques Le Marquet (1927-2017), une conjonction de talents et de pratiques au service de la scénographiemenée sous la direction de Mme Sandrine Dubouilh Frechet.

La thèse poursuivait sa thèse de l’Ecole nationale des chartes, intitulée Jacques Le Marquet scénographe aux multiples talents (1953-1990)1.

Résumé

Né en 1927, Jacques Le Marquet a été, tour à tour, de 1950 à 2009, technicien et régisseur au Théâtre National Populaire (1952-1972), scénographe de théâtre (1956-1990), conseiller auprès d’architectes pour la construction de salles de spectacles (1963-2009), professeur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (1969-1992), tout en écrivant des textes de fiction, notamment théâtraux (1960-2015).

Notre thèse poursuit deux objectifs : retracer la globalité de ce parcours en soulignant les liens et les interactions entre ces différentes activités ; montrer comment un parcours se construit en se diversifiant. Elle adoptera un plan en quatre parties, chacune représentant une des activités de Jacques Le Marquet : celle de régisseur, celle de scénographe tant de théâtre que d’architecture, celle d’enseignant et enfin celle d’écrivain. Pour mener à bien ce projet, notre thèse s’appuiera sur les archives de Jacques Le Marquet conservées au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France qui sont d’une grande exhaustivité.

Cette étude de cas sur un scénographe et ses pratiques valorisera l’approche analytique, tout en reposant sur une dimension historique indispensable pour ancrer cette analyse. Il conviendra ainsi de replacer Jacques Le Marquet dans son contexte en montrant en quoi il est à la charnière d’une époque et en même temps le représentant d’une nouvelle vision de la scénographie. L’approche analytique, quant à elle, consistera à mettre en lumière le travail du concepteur et notamment celui du scénographe (cadres d’exercice, champs d’intervention, processus conceptuel, méthodologie de travail), et à montrer comment la méthode qu’il a mise au point donne vie à des œuvres plastiques et littéraires. Les archives de Jacques Le Marquet, complétées par d’autres sources (iconographie et coupures de presse), révèlent ce qui résulte de la phase de conception – décors, costumes et écrits -, et permettent ainsi de décrire son style de scénographe et d’écrivain.

Composition du jury

  • 21 novembre 2019 à 14h
  • Maison des Sciences de l’Homme – salle 2 – de l’Université Bordeaux Montaigne

Soutenance

  • Mme Elise CAPDENAT, expert invité de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs
  • M. Sandrine DUBOUILH FRECHET, Professeur des Universités de l’UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE
  • M. Joël HUTHWOHL, Directeur du département des Arts du spectacle de la BnF
  • Mme Marie-Madeleine MERVANTROUX, Directeur de recherche émérite du CNRS
  • Mme Eric MONIN, Professeur des Universités de l’Ecole Nationale Supérieure Architecture & Paysage 59
  1. Voir la position de thèse : http://theses.enc.sorbonne.fr/2007/dupuy

Commentaires